Laboratoire international pour l'habitat populaire

Présentation du projet Rollberg à l’académie d’hiver de la fondation Rosa- Luxemburg.

- 25/03/2013 -

L’ensemble de logements Rollberg se situe dans un arrondissement populaire de Berlin, Neukölln, qui présente une histoire urbaine et sociale que le groupe du LIHP à Berlin souhaite interroger. Afin de comprendre les rapports de forces entre les différents acteurs et la continuité de cette réputation politique le groupe berlinois entreprend la rencontre des divers acteurs locaux (habitants, entreprise communale chargée de la gestion locative, employés de l’entreprise de gestion de quartier,  responsables politiques...). Ce projet a été présenté en mars 2013 à l’académie d’hiver de la fondation Rosa-Luxemburg.

L’ensemble de logements Rollberg se situe dans un arrondissement populaire de Berlin : Neukölln. Vers la seconde moitié du 19ème siècle, l’explosion de la croissance  démographique et industrielle rend nécessaire le développement urbain de la ville. Le plan Holbrecht (1852), sorte de plan Haussmann Berlinois, planifie la future croissance de la ville vers l’extérieur des faubourgs.


A Neukölln, au sud, la population majoritairement ouvrière, vit dans des « Mietskaserne », littéralement des « casernes à louer », nom qui a été donné en raison des très mauvaises conditions de vie dans ces bâtiments. Cet habitat ouvrier hérité de la concentration industrielle, mal éclairé et aéré, surpeuplé et disposant de très peu d’espaces publics sera le théâtre de violents affrontements entre la population, très politisée, et les forces de police, devenant un symbole de résistance ouvrière.
Peu touché par les bombardements, le quartier Rollberg conservera une réputation sulfureuse qui amènera le Sénat Berlinois à entreprendre sa réhabilitation en 1963. 170 immeubles, et 5000 logements seront détruits, pour seulement 2000 logements sociaux reconstruits. Si une partie des populations d’origines ont été déplacées, elles seront remplacées par des populations turques, puis palestiniennes ou libanaises, plus touchées par le chômage et la pauvreté.  En 50 ans le quartier est le témoin du remplacement d’une population ouvrière, organisée politiquement par une population paupérisée apparemment sans moyen d’action sur son habitat. Ce qui ne fera qu’aggraver la réputation et les problèmes rencontrés par ses habitants.


Rollberg présente donc une histoire urbaine et sociale de la ville que le groupe souhaite interroger. Afin de comprendre les rapports de forces entre les différents acteurs et la continuité de cette réputation politique le groupe berlinois entreprend la rencontre des divers acteurs locaux (habitants, entreprise communale chargée de la gestion locative, employés de l’entreprise de gestion de quartier,  responsables politiques...). Certains de ces acteurs participeront à la première excursion dans le quartier Rollberg, qui se déroulera en juin prochain. Ce projet a par ailleurs été présenté en mars 2013 à l’académie d’hiver de la fondation Rosa-Luxemburg.

Bookmark and Share

- 25/03/2013 -

 

Bookmark and Share