Laboratorio internacional por el habitat popular

Rencontre avec les étudiants de l'Université Technique de Berlin

A l'initiative du Laboratoire International pour l'Habitat Populaire une rencontre avec le master „Historische Urbanistik“ (urbanistique historique) de la Technische Universität de Berlin a eu lieu à Saint-Denis le 19 mars 2011.

 

Jean-Francois Parent, Jean-Pierre Bouanha et Camille Acot étaient présents. Les étudiants berlinois effectuaient un voyage d'étude en France dans le cadre du séminaire „Modèles et espaces de représentation à Paris, Rouen, Caen et Le Havre: lieux de mémoire, culture mémoriale et reconstruction dans l'espace urbain historique du 20 ème siècle“. L'étude de l'urbanistique historique se concentre sur différentes problématiques de la ville. Il s'agit de transmettre un savoir de base sur l'évolution historique des villes. Mais ce master ouvre également des perspectives sur le présent. Ainsi, les étudiants apprennent à décrire et à analyser des problématiques actuelles et futures à partir d'un arrière-plan historique. L'une des problématiques de ce séminaire est l'inscription de la mémoire dans l'espace urbain. Les lieux de mémoire mis en scène dans nos villes peuvent par exemple être analysés comme des témoins de combats politiques. Dans ce cadre, les étudiants réfléchissent également à la manière d'intégrer les traces de la mémoire dans la production actuelle de la ville.

 

Accompagné par le laboratoire, le groupe berlinois a donc d'abord visité les logements sociaux construits par l'architecte Roland Simounet à Saint-Denis. C'était l'occasion pour le laboratoire d'illustrer ce que peut être un habitat populaire. Dans les locaux bien remplis du LIHP, la rencontre a débuté par une présentation du master „urbanistique historique“. Les étudiants ont mis en évidence les rapports théoriques entre les problématiques auxquelles ils se confrontent dans les différents séminaires et les questionnements du laboratoire.
La quinzaine d'étudiants du master 1 urbanistique historique, ainsi que leur professeur Georg Wagner-Kyora ont montré un grand intérêt lors de la présentation en allemand du laboratoire. Ont d'abord été évoqué les origines du laboratoire et l'histoire de sa fondation, en insistant sur l'importance de la coopération des acteurs colombiens et francais. Les principaux constats du laboratoire quant à la crise de la ville (l'absence de politique publique, l'appropriation par les promoteurs et l'échec de l'architecture), qui est le produit d'une crise systémique, et non d'échecs individuels, ont été détaillés devant des participants attentifs. Les outils dont veut se doter le laboratoire, les trois pôles Recherche-Formation, Recherche-Action et Recherche-théorisation ont également été présentés. Enfin, afin d'illustrer les positions du laboratoire, les problématiques du projet Usme ont été évoquées.
Lors du débat qui a suivi la présentation de nombreuses questions ont été posées, notamment sur le projet Usme, sur les moyens de communication du laboratoire vers l'extérieur, sur les ambitions du laboratoire. Les étudiants et le laboratoire étaient très satisfaits de la qualité de cette rencontre de près de trois heures et les attentes d'une future coopération sont grandes des deux côtés. A Berlin un travail de création d'une plateforme de langue allemande a déjà été inité.

Site du master Historische Urbanistik : http://www.histurbanistik.tu-berlin.de/

Bookmark and Share